Y por fin, Nepal - Et finalement, le Népal

Entramos a Nepal por la frontera más al oeste del país y quizás una de las más pequeñas y poco transitadas por los turistas. La entrada al país está limitada por un estrecho puente que cruza el río Mahakali y que sólo permite el acceso a coches pequeños, motos, bicis y peatones. Tenemos que estar atentos para no pasarnos las dos oficinas de inmigración situadas a un lado del camino e ignoradas por los locales que pueden pasar libremente entre los dos países. De las quince fronteras que hemos cruzado, ésta es la más informal, una pista de tierra olvidada entre estos dos países.

 

 

Gracias a ésto, disfrutamos de varios días de pedaleo sin camiones, ni mucho tráfico. Descubrimos la zona del Teraï, una de las pocas zonas relativamente planas del país de las montañas, con alturas entre cincuenta y trescientos metros, un clima subtropical, donde se van alternando pueblos tranquilos, zonas de cultivos y bosques selváticos que esconden animales como rinocerontes, tigres, elefantes, cocodrilos y muchos otros de los que, por suerte o por desgracia, sólo hemos visto pájaros y monos.  

Nous entrons au Népal par la frontière la plus à l'ouest du pays et peut-être une des moins empruntées par les touristes. L'entrée du pays est limitée par un pont étroit qui traverse la rivière Mahakali et qui ne permet l'accès qu'à de petites voitures, aux motos, vélos et piétons. Nous devons faire attention à ne pas rater les deux bureaux d'immigration situés à l'écart du chemin et ignorés par les locaux qui peuvent passer librement d'un pays à l'autre. Des quinze frontières que nous avons traversées, c'est bien la plus informelle, une piste de terre oubliée entre ces deux pays.

 

Grâce à ça, nous profitons de plusieurs jours de vélo sans camion ni trafic. Nous découvrons la région du Teraï, une des rares zones relativement plates du pays des montagnes, avec des altitudes entre cinquante et trois-cent mètres, un climat subtropical, où se succèdent de paisibles villages, des cultures et d'immenses parcelles de jungle qui cachent bon nombre d'animaux sauvages : rhinocéros, tigres, éléphants, crocodiles et autres dont, heureusement ou malheureusement, nous ne verrons que des singes et des oiseaux.


Una vez más gracias a la red de Warm Showers, conocemos a la familia de Bharat que nos acoge a pesar de que él no esté en casa, este fin de semana está en un encuentro de ciclistas en Nepalgunj. Pero al día siguiente, nos encontramos en la carretera y podemos compartir un momento de descanso con él y sus amigos ciclistas, con ellos conocemos otras historias increíbles, más ejemplos de que querer es poder. Dos de ellos pedalean sólo con una pierna, fueron amputados de la otra después de sufrir accidentes y operaciones mal hechas. Sus sonrisas y motivación son dignas de ejemplo.

 

 

Esta zona también nos permite volver a nuestros queridos vivacs, camuflados entre los árboles y disfrutando de la tranquilidad de la naturaleza, de la libertad de dormir donde queramos, de volver al ritmo del sol y a nuestras duchas de agua fría.

Encore une fois grâce au réseau Warm Showers, nous rencontrons la famille de Bharat qui nous accueille même s'il n'est pas chez lui, ce week-end il participe à une rencontre de cyclistes à Nepalgunj. Mais le lendemain, nous le croisons sur la route et pouvons partager un moment de repos avec lui et ses amis cyclistes qui nous racontent leurs incroyables histoires, de nouveaux exemples de force de volonté. Deux d'entre eux pédalent avec une seule jambe, ils ont été amputés de l'autre des suites d'accidents et d'opérations ratées. Leurs sourires et motivation nous remplissent d'énergie pour les jours d'effort à venir.

 

Cette région nous permet aussi de revenir à notre chère routine de bivouacs, cachés entre les arbres et profitant du calme de la nature, de la liberté de dormir où nous voulons, de retrouver le rythme du soleil et nos douches d'eau froide.


Poco a poco y sin darnos cuenta los kilómetros van pasando hasta llegar a Bastipur, nos parece que fue ayer cuando conocíamos Nepal Sonríe y escuchábamos por primera vez el nombre de Bastipur. Estábamos en Madrid, en el barrio de la Latina y en torno a una pequeña mesa Pilar nos explicaba los proyectos que desarrollan en Nepal y nos poníamos de acuerdo sobre la manera de aportar nuestro granito de arena, poniendo en marcha un proyecto común, que llamaríamos Ciclo-Sonrisas, y que junto con el lema “A Nepal y por Nepal”, nos acompañaría durante toda esta aventura.

 

 

Pues bien, después de unos doscientos setenta días, estamos delante del cartel de Bastipur, casi sin creérnoslo, entramos en el pueblo y nos dirigimos hacia la casa de la ONG donde nos espera Irene, una de las coordinadoras, que nos propone un té y nos entretiene mientras los niños, las profes y los voluntarios nos preparan una bienvenida en la escuela. Nosotros pensábamos que el primer contacto con la escuela sería una simple visita pero al llegar nos damos cuenta que nos están todos esperando en la entrada, con flores, la tikka en la frente y el pañuelo blanco de bienvenida. De repente nos vemos agarrados de las manos por varios niños, unos tres en cada mano, que nos llevan hasta una gran pancarta que habían preparado los voluntarios y los profes dándonos la bienvenida y las gracias. Fue un momento de gran emoción para nosotros, de esos que nunca podremos olvidar, que se quedan grabados para siempre. Nos sentamos con ellos en el suelo de su aula y mediante un pequeño juego les contamos nuestro viaje a grandes rasgos. Para terminar, Irene propone un baile y se ponen todos a bailar con una naturalidad increíble y menos mal que lo hacen porque no sabemos ni qué decir ni cómo comportarnos de los abrumados que estamos.  

Petit à petit et sans nous en rendre compte, les kilomètres passent et nous approchons de Bastipur. On dirait que c'était hier que nous connaissions Nepal Sonríe et que nous entendions pour la première fois le nom de Bastipur. Nous étions à Madrid, dans le quartier de la Latina, attablés à une terrasse de café, Pilar nous expliquait les projets développés au Népal et nous nous mettions d'accord sur la manière d'apporter notre grain de sable grâce à ce projet commun que nous appellerions Ciclo-Sonrisas et qui, comme la phrase "vers et pour le Népal", nous accompagnerait tout au long de cette aventure. 

 

Et voilà, après environ deux-cent soixante dix jours de voyage, nous sommes plantés sans y croire devant le panneau "Bastipur", nous entrons dans le village et nous dirigeons vers la maison de l'ONG où nous attend Irene, une des coordinatrices, qui nous propose un thé et nous distrait pendant que les enfants, les professeures et les volontaires préparent notre arrivée à l'école. Nous pensions que le premier contact avec l'école serait une simple visite, mais quand nous reprenons les vélos pour nous avancer, nous nous rendons compte qu'ils nous attendent tous à l'entrée, des fleurs dans chaque main, la tikka pour nous peindre le front et le foulard blanc de bienvenue. Tout à coup, de petites mains prennent les nôtres et nous entraînent vers une grande pancarte préparée par les volontaires et les professeurs pour nous souhaiter la bienvenue et nous remercier. C'est un moment de grande émotion pour nous, de ceux que l'on espère ne jamais oublier. Nous nous asseyons avec eux sur le sol de leur salle de classe et leur parlons rapidement de notre voyage grâce à un petit jeu. Pour finir, Irene propose une danse et ils se mettent tous à danser sur leurs morceaux préférés avec une spontanéité incroyable dont nous les remercions, puisqu'à ce moment-là nous ne savons plus où nous mettre ni que dire tellement nous sommes touchés. 


Pasamos los siguientes días visitando y participando en los diferentes proyectos que la ONG lleva a cabo : tres After School Project, en las diferentes aldeas que rodean Bastipur, el Recovery Center, en Hetauda, un centro de rehabilitación para gente con problemas de alcohol y drogas, donde Nepal Sonríe colabora por medio de las actividades que proponen los voluntarios. También asistimos a los principios de los talleres de alfabetización para las mujeres de la zona. Y como no, nos enamoramos de la escuela Haseko Indreni, con sus dos profesoras, su trabajadora social, sus dos cocineras y sus veintena de pequeñajos que con sus grandes sonrisas hacen de esta escuelita un lugar mágico. No nos cansamos de asistir al Namasté de la mañana, donde los niños se dan los buenos días y comienzan los pequeños rituales que marcan sus días.

 

Ha sido un placer conocer y convivir unos días con Irene, la coordinadora, con Claudia, la formadora, con David y Nani, los voluntarios presentes y cruzarnos con Ana, otra de las coordinadora que llegó el día antes de nuestra partida. Nos ha encantado comprobar que no sólo parece que la ONG funcione bien sino que realmente son un grupo de personas, tanto en Nepal como en España, muy profesionales, comprometidas, que se exigen mucho a sí mismas y que ponen amor y cariño en todo lo que hacen.

 

 

Quién nos iba a decir que sería más fácil llegar que irse, que sería más fácil recorrer los casi diez mil kilómetros que nos separaban de Bastipur que, una vez allí, despedirse de estas personas para volver a subirse a las bicicletas y continuar nuestro camino.  

Nous passons les journées suivantes à visiter et à participer aux différents projets que l'ONG a entrepris : trois After School Project dans les différents hameaux qui entourent Bastipur, le Recovery Center, à Hetauda, un centre de réhabilitation pour des personnes ayant des problèmes d'alcool et de drogue et où Nepal Sonríe intervient au travers des activités proposées par les bénévoles. Nous assistons aussi aux débuts des ateliers d'alphabétisation pour les femmes du village. Et bien sûr, nous tombons amoureux de l'école Haseko Indreni, avec ses deux professeures, son assistante sociale, ses deux cuisinières et sa vingtaine de tous petits qui, avec leurs énormes sourires, font de cette école un endroit magique. Nous ne nous lassons pas d'assister au Namasté du matin, où les enfants se souhaitent une bonne journée et commencent les petits rituels qui vont la ponctuer. 

 

Ça a été un réel plaisir de cohabiter ces quelques jours avec Irene, la coordinatrice, avec Claudia, la formatrice, avec David et Nani, les volontaires présents et de rencontrer Ana, une autre coordinatrice qui est arrivée la veille de notre départ. Nous avons réalisé avec beaucoup d'admiration à quel point nous étions face à un groupe de gens, tant au Népal qu'en Espagne, très professionnels, engagés et perfectionnistes qui mettent dans tout ce qu'ils entreprennent un niveau d'exigence et d'affection tout à fait étonnant. 

 

Jamais nous n'aurions imaginé qu'il serait plus facile d'arriver que de repartir, qu'il serait plus facile de parcourir les presque dix mille kilomètres qui nous séparaient de Bastipur que, une fois sur place, de dire au revoir à ces gens pour remonter sur nos vélos et continuer notre route. 

 


Después de varios intentos juntamos las fuerzas para irnos hacia Katmandú, ciclamos hasta Hetauda y siguiendo los consejos de los miembros de la ONG, hacemos un cacho del camino en Jeep por una carretera estrecha de montaña que se vuelve pista y que tras las lluvias es un verdadero barnizal. Nos bajamos en Pharping, lugar de peregrinaje de la religión budista y refugio para muchos exiliados tibetanos. Pasamos un día visitando sus monasterios y templos antes de seguir camino a Katmandú, en lo que sería nuestro último día de pedaleo del viaje. La capital de Nepal nos recibe con su alto nivel de contaminación y polvo, aquí todo el mundo lleva máscara, con su tráfico caótico y a la vez organizado, y, sorprendentemente, con muy pocos pitidos, acostumbrados que estábamos de las ciudades indias. En nuestra primera noche en Katmandú, nos reciben Michael y Jenny, una pareja de Warm Showers australianos que trabajan en el sector humanitario, y compartimos una cena muy interesante hablando de Nepal, de viajes y de montañas.

 

 

Al día siguiente, nos mudamos al barrio de Bouddhanath, a la casa de Jit, un nepalí que lleva veinte años trabajando como cocinero en un refugio del macizo del Mont Blanc y que Emilie ha conocido allí durante el verano 2017. Jit nos guardará las bicis durante el próximo mes que dedicaremos a visitar Nepal sin ellas. Después de unos días en su casa, mimados por su hijo Nima y su nuera y aprovechando para visitar monumentos de la capital, nos vamos al barrio céntrico de Thamel, tan excesivamente turístico pero práctico para organizar el trekking a Langtang que os contaremos en un próximo artículo.  

Après plusieurs essais infructueux, nous prenons notre courage à deux mains pour repartir en direction de Katmandou, pédalons jusqu'à Hetauda et, suivant les conseils des membres de l'ONG, faisons un morceau du trajet en Jeep le long d'une route étroite de montagne qui devient piste et dont la terre, après les fortes pluies des derniers jours, s'est transformée en boue. Nous descendons à Pharping, haut lieu de pèlerinage de la religion bouddhiste et refuge pour de nombreux exilés tibétains. Nous passons une demi-journée à visiter ses monastères et ses temples avant de continuer vers Katmandou, dernier jour de vélo du voyage. La capitale du Népal nous reçoit avec son très haut niveau de pollution et de poussière, ici tout le monde ou presque porte un masque, avec son trafic chaotique et à la fois organisé par des policiers plantés à chaque carrefour, et avec ses rares coups de klaxons, mal habitués que nous sommes au niveau sonore des villes indiennes. Pour notre première nuit à Katmandou, Michael et Jenny nous reçoivent, c'est un couple de Warm Showers australiens qui travaillent dans le secteur humanitaire et avec qui nous partageons un dîner très intéressant à parler du Népal, de voyages et de montagne.

 

Le lendemain, nous déménageons dans le quartier de Bouddhanath, chez Jit, un népalais qui travaille depuis vingt ans comme cuisinier dans un refuge du massif du Mont-Blanc où Emilie l'a rencontré pendant l'été 2017. Jit gardera nos vélos pendant le prochain mois que nous consacrerons à visiter le Népal sans eux. Après quelques jours chez lui, chouchoutés par son fils Nima et sa belle-fille, et dont nous profitons pour visiter quelques monuments de la capitale, nous partons vers le quartier de Thamel, dans le centre de la ville, excessivement touristique mais pratique pour organiser le trek du Langtang que nous vous raconterons dans un prochain article ! 


Contactarnos / Nous contacter :

 

ciclomundi@gmail.com


Avec la collaboration de : 

Un immense merci à toute l'équipe de l'Ecole du Ski Français des Contamines-Montjoie pour leur soutien tant matériel que moral !